Recherche de Musiciens > Concerts > Printemps 2010

Printemps 2010

Concert de printemps de l'Orchestre d'Yverdon en collaboration avec le Cercle littéraire d'Yverdon.

Dates : à 20h les mardi 13, mercredi 14, vendredi 16 et samedi 17 avril
à 15h le dimanche 18 avril
Lieu : Théâtre Benno Besson
Direction : Christian Delafontaine
Mise en scène : Vincent Jaccard
Œuvre : Le Bourgeois Gentilhomme de Molière (Lully)

Dépliant : -
Affiche : Le Bourgeois Gentilhomme
Réservation : Réservez votre place au TBB

En quelques mots

Théâtre, musique et danse, toutes activités pratiquées à Yverdon-les-Bains par des sociétés d'amateurs avec talent et succès, voilà qui devait inévitablement inciter à la mise sur pied d'un spectacle en commun.

C'est à la suite d'une première collaboration entre Christian Delafontaine, chef de l'Orchestre d'Yverdon-les-Bains et Vincent Jaccard, metteur en scène du Cercle Littéraire Yverdon qu'est née l'idée - un peu folle - de monter ensemble "Le Bourgeois Gentilhomme".

Restait à trouver l'opportunité de présenter un tel spectacle.

En effet, tant pour l'Orchestre d'Yverdon que pour le Cercle Littéraire, cette entreprise n'est pas destinée à remplacer leurs spectacles traditionnels respectifs.

Il s'agit d'une aventure exceptionnelle qui doit être présentée au public yverdonnois dans le cadre de manifestations exceptionnelles.

Ainsi, à leur manière, le Cercle Littéraire Yverdon et l'Orchestre d'Yverdon souhaitent-ils contribuer à faire de 2010 une année exceptionnelle pour la Ville d'Yverdon-les-Bains.

Plus d'information sur le site du Cercle littéraire: http://www.cly.ch/2010_Xtra.html

Le Bourgeois Gentilhomme

Comédie ballet en 5 actes de Molière. Musique de Jean-Baptiste Lully. Représentée pour la première fois le 14 octobre 1670 devant la cour de Louis XIV, au château de Chambord.

La pièce remporta un vif succès, grâce, en partie aux turqueries qu’elle contient, et qui intéressaient beaucoup le public français.

A cette époque, les rapports entre Louis XIV et la Turquie étaient plus que tendus: le Grand Turc avait emprisonné et renvoyé l’ambassadeur français, rompant ainsi les relations diplomatiques. Il envoya cependant à Paris un membre de son entourage en mission exploratoire, Soliman Aga, personnage arrogant et chagrin. Afin de le flatter, on l’accueillit avec musique, ballets et costumes turcs. Aga ne se laissa pas impressionner par ce qu’il décrivit comme une mascarade.

Louis XIV saisit cette occasion et crut qu’il serait bon de faire apparaître Turcs et turqueries sur scène.

Cette comédie agrémentée de chants et de ballets présente Monsieur Jourdain, un bourgeois dont le père s’est enrichi en vendant du drap, qui décide de vivre en « homme de qualité » et de hanter la noblesse. Il se lance alors dans l’apprentissage de la musique, de la danse, des armes et de la philosophie, bref de tout ce que doit connaître un gentilhomme.

De plus, Monsieur Jourdain entend courtiser Dorimène, une marquise qui lui est présentée par Dorante, un comte désargenté qui a trouvé dans la crédulité du bourgeois le moyen de s’enrichir.

Madame Jourdain s’inquiète du comportement de son mari, et tente de le ramener à la raison, voyant bien que chacun profite de sa naïveté pour lui soutirer de l’argent et se moquer de lui. Elle doit également le convaincre d’accepter le mariage de sa fille, Lucile, avec le jeune Cléonte.

En décrivant cet homme qui veut à tout prix faire partie de ce qu’on nommerait aujourd’hui « la jet-set », Molière nous fait entrer de plain-pied dans l’histoire sociale du XVIIe siècle. Quoique le sujet reste d’actualité…